Qui suis-je?

  Je suis né dans le Nord de la France, plus précisément dans l’Oise et issu d’une famille de trois enfants dont je suis le plus jeune. Très rapidement, je développe un intérêt particulier pour l’histoire qui devint une passion. Cette passion m’a probablement été transmise par mes parents, avec qui tous les week-ends nous partions chiner dans les brocantes : mon père était à  la recherche de vieux transistors, ma mère collectionnait les vieux livres, et moi, je développais mes connaissances de jeunes numismate et revivais l’histoire de France à travers les vieilles pièces de monnaies.

 Ayant grandi dans les années 90, j’ai voulu tel Indiana Jones devenir archéologue. Ainsi, pendant plusieurs étés, j’ai eu la chance de participer à des fouilles archéologiques dans un village de Bourgogne. Puis, arrive le temps de l’université et je poursuis logiquement mes études en histoire de l’art et archéologie. Parallèlement à cela, je deviens  guide touristique dans un château Bourguignon et me confronte pour la première fois à la transmission du savoir. De ce fait, je prends conscience que je ne souhaite pas continuer mes études dans le domaine de l’archéologie et me réoriente vers un DUT information-communication, où je découvre le métier d’archiviste.

 Rapidement, je développe une passion pour ce métier qui m’inspire, me toise et m’accueille, qui me permet de rester en lien avec l’histoire, d’en devenir un serviteur, un transmetteur, un promoteur. Je prolonge alors mes études vers une année de maîtrise en histoire contemporaine, puis une année de master Archives.

 Ainsi fini le temps des études, je rentre désormais sur le marché du travail, diplôme en poche, et enchaîne les missions d’archives qui m’entraînent dans toute la France et finissent par me déposer à Toulouse. Chacune de ces missions furent très intéressantes, riches en apprentissages et en connaissances, surtout dans des domaines très variés (archives étudiantes, industrielles, administratives, etc…).

 L’été 2016, ma responsabilité comme archiviste municipal m’amène à organiser les journées du patrimoine : c’est pour moi une révélation, ce que j’aime par dessus tout c’est faire de la valorisation culturelle. En quelques mois, et simplement en faisant la généalogie de la famille seigneuriale qui gérait la ville à l’époque, j’ai retrouvé, reconstitué l’histoire de la ville depuis le moyen-âge jusqu’à nos jours, histoire qui était tombé dans l’oubli.

 Depuis ce jour, je souhaite faire la même chose mais en me mettant à disposition des personnes qui ont fait leur généalogie et qui aiment, où aimeraient connaître l’histoire de leurs ancêtres.